Le sablage de plancher

Pourquoi réaliser un sablage de plancher

Le sablage de plancher
Le sablage de plancher est une technique de remise à neuf du plancher, dont la réalisation est très périlleuse, et nécessite l’intervention d’une main experte. En effet, pour avoir un résultat post opératoire correct, il faut non seulement connaître les outils et les produits de lissage nécessaires, mais aussi pouvoir les maîtriser. Cette opération est très exigeante, et ne pardonne pas du tout le moindre manque de rigueur. 
Il faut connaitre et maitriser les différentes techniques de ponçage, les techniques de polissage, et être on ne peut plus patient.
Selon les experts, un bon parquet en bois peut tenir très longtemps et, est capable de supporter jusqu’à sept opérations de sablage. D’où la nécessité d’être très aguerrit à la tâche ; parce que la longévité du parquet dépend de la bonne gestion de ces opérations.

Comment réussir son opération de sablage de plancher ?

 

- Bien choisir ses outils. 

C’est le paramètre primordial, pour s’assurer d’un résultat optimal. Le maître sableur le plus expérimenté du monde fera un boulot de piètre qualité, s’il ne dispose pas des outils nécessaires. En réalité, les outils varient selon le type de bois présent sur le chantier. D’où il est important d’effectuer une première visite de reconnaissance sur le chantier. Ceci vous permettra aussi par la même occasion de vous faire une idée de comment vous aurez à attaquer le travail.
Par ailleurs, il est important de toujours penser à changer d’outil quand il le faut sur le chantier. En effet, le même plancher pourra nécessiter par endroit un ponçage à la ponceuse orbitale, ou une polisseuse. C’est à vous de faire attention aux petits détails du plancher, pour reconnaître la nécessité de l’usage de tel ou de tel autre machine.
Choisir l’outil adéquat permet par ailleurs de ne pas abîmer par mégarde le revêtement du sol. C’est d’ailleurs une évidence. Dans le cas où vous aurez opté pour une machine lourde, alors que le plancher est assez peu épais, vous risquez vraiment d’endommager le bois du parquet ; à moins que vous aillez un doigter de mettre, et une concentration d’élite.
Bien choisir ses outils, revient aussi à bien choisir le produit de finition approprier. Que ce soit de la teinture, ou de la vernie, vous devez faire votre choix, avant même le début du travail, et en fonction de la nature du bois du parquet. Ceci vous permettra aussi entre autres de prévoir des pinceaux ou des chiffons.
 
Les matériels de protection à l’instar des masques et des genouillères ne sont pas non plus à négliger. Tout doit être pris en compte ; des aspirateurs aux ponceuses, en passant par les rallonges électrique (si besoin y est). Pour se faire, la méthode la plus simple est d’établir une check-list.
Pendant votre première visite de reconnaissance du chantier. Vous devez prendre le temps de récolter toutes les informations nécessaires ; la taille du chantier, la position des prises, la qualité et l’essence du bois, les dommages survenus sur le parquet ; tout doit être renseigné sur une liste. Ceci vous permettra donc à tête reposée, de pouvoir mieux élaborer votre plan d’action.

- Préparer le chantier. 

Comme tout autres opérations réussit, le sablage nécessite une bonne préparation de la zone d’intervention.
Cette opération de préparation du chantier consiste à préparer le plancher à accueillir le sablage, mais aussi à permettre aux ouvriers de travailler dans les meilleures conditions possibles.
Dans un premier temps, il faut dégager tout ce qui pourrait faire obstruction au bon déroulement de l’opération de sablage. Ceci concerne les meubles et tout autre objet de décoration présent sur le chantier. Au cas où il serait impossible de déplacer certains meubles, il est fortement conseiller de les couvrir, d’une couverture imperméable à la poussière, afin que cette dernière, n’a pas l’occasion de les salir.
Une fois, cette étape franchit, on s’attaque au plancher proprement dit.
La première étape de préparation du plancher en elle-même s’avère quelque peu délicate. Il s’agit de retirer les plinthes du parquet. Cette étape est délicate, dans le sens où elle pourrait, si elle n’est pas réalisée dans les règles de l’art, aboutir à la détérioration du plancher. D’où il est important de s’armer de beaucoup de patience, et d’accompagner ses moindres faits et gestes de beaucoup d’attention et de délicatesse.
L’opération peut débuter par le retrait des plinthes disposées au niveau de la jonction des murs. En effet, les jonctions à ce niveau sont plus évidentes à défaire. Il va cependant falloir se munir d’un petit couteau, avec une lame assez fine pour facilement pénétrer dans les failles de la soudure. Vous aurez à faire rentrer délicatement la lame dans les plinthes, pour les décoller, sans causer de dommage. Au fur et à mesure que l’opération avance, vous aurez peut-être à laisser le coûteux pour une petite spatule, qui vous offrira une plus grande amplitude de mouvement. Finissez votre opération, en enlevant les clous et les agrafes qui retenaient les plinthes, du plancher.

- Le sablage proprement dit. 

Cette étape commence par l’application d’un ponçage minutieux, sur le plancher. Ceci se fait grâce à une ponceuse à bande munie d’un papier sablé de grain, de 60 ou 80. Toutefois, la granulation du papier utilisé, peut varier selon le niveau d’endommagement du plancher. Ceci est laissé à l’appréciation du professionnel, en charge de l’opération. L’astuce ici est de toujours sabler dans le sens des grains du bois qui constitue les planchers ; ceci permet d’avoir un résultat uniforme et esthétiquement impeccable.
Il serait aussi bien vu de ne pas faire du surplace avec la ponceuse. En effet, quand on maintient la ponceuse allumée, statique, elle creuse le parquet, ce qui se fera remarquer lors de la finition, et gâchera toute l’opération de sablage. Cependant, si vous vous en rendez compte assez vite, il est possible de rectifier le tir. Vous n’aurez qu’à refaire un passage à la ponceuse en ligne droite, sur la partie affectée. Ceci camouflera un tant soit peu les dégâts. Pensez aussi à toujours relever le baril de la ponceuse, à chaque fois que vous changez de direction ; toujours pour obtenir un résultat homogène.