L’essence de bois durs du Québec

Comment mesurer la dureté d’un bois 

L’essence de bois durs du Québec

Lorsque vous choisissez de vous faire installer un plancher de bois franc, pensez à être méticuleux sur la qualité des matériaux qu’on vous installera. En effet, la durée de vie de votre plancher, dépendra très fortement de la qualité de ces matériaux. Pour être sûr de la qualité du bois de votre plancher par exemple, vous n’avez qu’à vérifier sa dureté. Plus le bois est dure et résistant, plus ce dernier pourra tenir dans le temps, et plus vous pouvez profiter de votre plancher en toute tranquillité. Par ailleurs, vous devez aussi garder en tête que les meilleurs produits viennent avec leur coût correspondant.
 

Comment mesure t’on la dureté d’un bois ? 

La dureté du bois est mesurable depuis le début du vingtième siècle seulement, grâce aux travaux du dendrologue autrichien Gabriel janka. L’échelle de dureté porte d’ailleurs son nom. Il s’agit de l’échelle de janka. Cette échelle fonctionne sur un principe assez facile à cerner. On enfonce une bille en acier de 0,444 pouces dans un échantillon sec à 12 % du bois que l’on désir testé, et on mesure la force nécessaire pour faire rentrer cette fameuse bille dans la structure du bois.  Ce procédé relativement simple, a permis de classer des millions d’essences de bois en fonction de leur dureté.
De manière empirique, on sait que les essences feuillues comme l’érable, le chêne et le merisier sont des bois plutôt durs. Alors que les conifères (essences résineuses) sont plutôt mous. On peut prendre pour exemple le sapin, l’épinette, et le pin. Pour aller plus loin, vous avez au sommet de l’échelle de dureté du bois de janka, des essences exotiques classées dans la catégorie des bois extra-durs. Vous avez dans cette catégorie des essences comme l’ipè, le lapacho, ou encore le cumaru. Cette classification des essences de bois permet entre autres de pouvoir prédestiné certaines essences à des types de travaux bien spécifiques. On résout ainsi le problème de la compatibilité des bois.
 

Un bois dur, est-il obligatoirement meilleur ? 

En réalité, bois dur ou pas, le meilleur bois dépend de l’activité que vous comptez faire avec. Par exemple, pour les sculptures, on privilégie les bois les plus malléables. Ceci parce qu’ils sont beaucoup plus faciles à traiter. À l’inverse, parce qu’ils sont très résistants à l’eau et aux rayons ultraviolets, les bois extra-durs servent à la fabrication des terrasses, et des patios. C’est vous dire que tous les bois ont leur contexte d’utilisation, adaptée à leur niveau de dureté.
Malgré leur extrême résistance et leur dureté, beaucoup d’essence de bois dur comporte des limites assez flagrantes. Prenons par exemple l’exemple de l’ipè qui résiste très difficilement aux hivers. Le cumaru est aussi un bois qui peut aussi très facilement être infecté par des lyctes, des insectes qui détruisent complétement sa structure.
Il est donc important de prendre aussi en compte le facteur géographique dans le choix de votre bois de plancher. Le Québec est une zone où les hivers sont rudes, et où les lyctes font rage. Les bois exotiques comme l’ipè et le cumaru n’y sont donc pas adapter.
 

Utilisez les bois durs du Québec. 

Pour le plancher de bois franc, privilégiez les bois durs du Québec. En effet ces bois sont des essences on ne peut plus adapté à l’environnement et au climat québécois. Par ailleurs, ces essences sont très résistantes. Vous n’aurez pas de problèmes d’invasion d’insecte, et ces derniers sont très résistants aux froids. Vous évitez ainsi les grincements précoces de votre plancher, dû à un gonflement des lames ou à une torsion de ces mêmes lames.
Les essences comme le chêne sont ceux qui sont les plus appréciés par les propriétaires québécois. Le chêne par exemple est considéré comme un bois noble d’une rare beauté. De par sa texture, il offre une certaine diversité. Il s’agit d’une texture de couleurs lumineuses, comme vous n’en avez jamais vue auparavant.
Les bois durs du Québec sont très résistants, mais ne sont pas trop durs à travailler. C’est là la caractéristique des meilleures essences de bois franc. Ils allient résistance et malléabilité. Par ailleurs, c’est une gamme de produits qui offre une palette très large. Toutes les bourses en auront à priori pour leurs comptes.
 

 Le bambou, un choix judicieux ? 

Le bambou est une espèce plutôt exotique. Il pousse un peu partout sur la planète, mais connaît une très grande réussite dans les pays asiatiques comme la chine, où on en fait des objets de toute sorte. Pour ce qui nous concerne ici, le bambou est une espèce très intéressante pour la fabrication des planchers en bois franc. Il s’agit d’une alternative très économique. Le bambou est une essence assez commune, et donc facile à trouver. D’une corpulence très modeste, le bambou est de surcroit très facile à transporter. Tout ceci en fait un sérieux prétendant pour faire les meilleurs planchers de bois franc.
D’un point de vue morphologique, le bambou a une texture assez solide. Ceci lui permet de très bien résister aux chocs et aux petites égratignures. Par ailleurs, il s’agit d’un bois très solide qui ne se déforme que très difficilement. Ceci lui permet d’offrir des parquets d’une stabilité extrême. Les parquets en bambou émettent assez rarement des grincements. Ils sont très élastiques, et ont donc de très bonnes performances acoustiques. Par ailleurs, l’utilisation du bambou est une alternative écologique assez prometteuse. Il s’agit d’une essence qui atteint sa maturité en un temps record de 5 ans. Ce qui fait un temps de régénération très court, comparer aux autres essences qui ne descendent que très rarement en dessous des 50 années.
 

Faites attention à l’humidité. 

Les bois durs du Québec sont des espèces relativement sensibles à l’humidité. Il est donc important de maintenir une certaine constance à ce niveau, pour que le plancher puisse tenir le plus longtemps possible. Ceci passe assurément par des entretiens accrus et minutieux, et une isolation assez bien bâti, depuis le début de la conception du plancher. À part l’humidité, les bois durs du Québec ne craignent pas grand-chose, vous pouvez leur faire confiance les yeux fermés.